ACTUALITÉS DU GE64




Difficultés de recrutement

Publié le 10 Jui 2019

Un recrutement de plus en plus compliqué pour les entreprises  

 

En dépit d’une situation de recrutement se portant bien, les entreprises n’ont jamais rencontré autant de difficultés à trouver des candidats.

Pour 52% des PME, ces dernières constituent un frein conséquent à leur croissance.

Le nombre de projets d’embauches des entreprises augmente de 15%. Cependant la moitié de ces entreprises anticipent des difficultés pour recruter.

 

 

Des secteurs d’activités plus touchés que d’autres

D’après Pôle Emploi, cette situation constitue un réel paradoxe avec les intentions d’embauches. Ces dernières connaissent une hausse de 36% en deux ans. Cette année, près de 350 000 projets de recrutement en CDI sont à prévoir.

Les secteurs du bâtiment et de l’industrie sont les principaux touchés par ses difficultés. La principale raison de ce phénomène concerne l’augmentation des intentions d’embauches anticipées par les entreprises.

Le nombre de recrutements ne cesse d’augmenter. Cependant, le nombre d’entreprises en recherche de main-d’œuvre concerne 26,4% d’entre elles.

 

 

Des difficultés de recrutement anticipées

Les entreprises justifient ces difficultés de recrutement par une pénurie de candidats dans 79% des cas. Pour 76% des entreprises interrogées, le profil est jugé inadéquat.

Les conditions de travail et l’incertitude financière sont également des facteurs impactant ces difficultés.

En dépit d’un grand nombre de demandeurs d’emplois en France, des secteurs d’activité sont en pénurie de main d’œuvre. En 2017, 3,2 millions d’offres d’emploi ont été déposées à Pôle Emploi et environ 91 % ont trouvé preneur. Sur les 9 % restants, un tiers des propositions ont été annulées.

Le manque de motivation est également en cause.

Afin de répondre à ces difficultés, Pôle Emploi a mis en place, en septembre 2018 l’opération #versUnMétier. Elle implique de faire savoir aux demandeurs d’emploi les métiers ou les secteurs en crise et à améliorer leur attractivité. Ce projet a pour but de combler les besoins en termes de main-d’œuvre pour les entreprises.

 

 

Le manque de compétences des candidats, un vrai souci pour les recruteurs

Le manque de qualification constitue pour 45% des employeurs, un frein à l’embauche.

 

Avec un taux de chômage relativement élevé, trouver des candidats qualifiés devrait être une chose aisée. Cependant, de nombreux étudiants se lancent dans des études dans des secteurs saturés alors que plusieurs autres sont inoccupés.

 

Les employeurs n’ont pas d’autre choix que d’investir dans des formations ou des accompagnements de carrières afin de faciliter l’intégration de nouveaux talents.

 

Ces derniers pourront acquérir rapidement les compétences manquantes. Cette initiative de la part des entreprises constitue un véritable atout pour fidéliser les nouveaux collaborateurs mais peut aussi valoriser l’image de marque de la société.

 

Il convient également de valoriser les softskills. Les entreprises doivent se pencher sur les valeurs et la personnalité de chaque candidat. Il est essentiel de trouver un talent capable de s’adapter à son nouvel environnement et en mesure de se projeter dans l’organisation.

 

Si l’on revient à l’analyse de Pôle Emploi concernant les offres d’emploi annulées faute de candidats, on s’aperçoit que la raison la plus évoquée par les entreprises pour cette annulation réside dans la pénurie de formation, suivi d’un besoin de technicité très pointue, puis d’un manque d’image pour le secteur d’activité, voire le métier. Ainsi, les deux premiers arguments touchent directement aux connaissances et compétences.

 

Source : www.rhinfo.com